C'est quoi ce fameux growth hacking :

C’est un processus d'expérimentation et de mise en œuvre rapide de stratégies marketing et technique axées uniquement sur une croissance efficace et rapide d’une entreprise. Ce terme a été inventé par Sean Ellis, PDG et fondateur de GrowthHackers, en 2010. Le growth hacking a pour objectif d'obtenir des résultats de manière rapide, avec un minimum de dépenses et d’énergie. Des entreprises à forte croissance comme Groupon ont généré des millions d'utilisateurs en quelques années à peine grâce à des stratégies de growth hacking.

Qui peut établir ce genre de stratégie ?
 

Contrairement aux spécialistes du marketing traditionnel, qui peuvent avoir une vision plus large et se préoccuper de choses comme la reconnaissance de la marque, le growth hacker ne s'intéressent qu'aux stratégies et techniques qui favorisent la croissance.

 

La mission du growth hacker est de tenter de trouver des solutions pour aller chercher de nouveaux clients ou utilisateurs et de détecter les problèmes qui empêcheraient à l'entreprise de grandir. Le growth hacker teste des techniques et des méthodes. Si elles ne fournissent pas ou peu de résultats, il en tente d’autres. Ce métier, peu connu en europe, exige de bonnes bases techniques, mais surtout de la de créativité et avoir le goût des nouveaux challenges.
 

Le funnel (entonnoir) du Growth Hacking

 

Un bon growth hacker est obsédé par les stratégies qui ont pour but de donner des vrais résultats et de manière très rapide. Un élément clé de la planification d'une stratégie de marketing est de décider comment mesurer le résultat. Il faut se concentrer sur les " pirate metrics ", appelées ainsi en raison de leurs initiales : AARRR. Ils représentent les cinq étapes de l'entonnoir du Growth Hacking. Ces 5 metrics correspondent au cycle de vie de l’utilisateur :

  • Acquisition : Comment les visiteurs/clients vous trouvent ?
  • Activation :  Première expérience de l’utilisateur/client
  • Retention : L’utilisateur/client revient t-il ?
  • Referral : Est ce que vos utilisateurs/clients sont suffisamment contents pour en parler autour d’eux ?
  • Revenue : Comment gagnez vous de l’argent ?

 

Chacun des metrics du AARRR est optimisable.

 

 

L’objectif est que l'entonnoir (funnel) soit la plus grande possible (acquisition) et que l’angle de cet entonnoir soit le plus faible possible.

Exemple : 100 visiteurs sur votre site, 90 activations, 50 Fidélisés , 40 achètent votre produit ou service, 20 parlent de vous à leurs contacts.

 

On peut apercevoir que le Digital Marketeur n’est capable de s’occuper que de l'acquisition. Par contre, le Growth Hacker doit faire en sorte que les utilisateurs qui ont passé le cap de l’acquisition restent des utilisateurs actifs et réguliers afin de faire vivre l'entreprise.

 

 

La nouvelle économie du marketing, c'est de dépenser le moins possible pour en avoir le plus possible

 

Les contraintes économiques ont fait apparaitre le growth hacking pour qu'il puisse réflechir à des astuces dans la recherche de nouveaux leviers de croissance. 
 

Votre produit a trouvé son marché ? 

Il n'a donc réellement pas besoin de budgets publicitaires élevés. mais de stratégie de growth hacking qui améliore le service, l'expérience utilisateur/client, tout en maximisant le retour sur investissment avec le minimum de frais.

Dans un prochain article, je donnerai un cas concret de cette stratégie qui s'adapte différement pour chaque secteur.

Annhari Ilias